[Communiqué] Présidentielle 2017: nos convictions pour le second tour

Les Français sont en colère et ils ont bien raison de l’être. Dans une France fracturée en quatre blocs de tailles similaires, près d’un électeur sur deux a voté pour un(e) représentant(e) d’une formation politique située aux extrêmes et vingt pour cent du corps électoral ne ce sont tout simplement pas déplacés pour le premier tour de l’élection présidentielle. C’est dire le désaveu d’une grande partie des Français à l’égard de certains de leurs représentants mais aussi des deux grandes formations politiques. Voici ce que nous écrivions au moment de nos vœux en début d’année 2017:
« La France mérite bien mieux que ce paysage politique en totale déliquescence. Reste que voir ce ras-le-bol profiter aux partis extrêmes -et tout particulièrement au FN- constitue un véritable danger. Nous ne voulons même pas imaginer ce scénario pour cette France que nous aimons. La question que nous posons à ce stade est simple : LR et PS seront-ils au second tour de la présidentielle ? Rien de moins sûr, tant le monde politique que l’on subit – professionnalisé, cumulard, clientéliste quand ce n’est pas corrompu, sexiste…- est devenu une caricature. »
Le vote du premier tour nous a malheureusement donné raison et nous vous l’avouons, nous aurions préféré avoir tort…

Le choix du prochain Président de la République est donc essentiel pour la préservation de nos valeurs républicaines et de notre modèle démocratique. Il serait insupportable de se retrouver, une fois encore, face à l’erreur historique de Jacques Chirac, qui n’a rien fait du plébiscite démocratique de son élection de 2002 et plus grave encore, a été le représentant d’un seul camp, consommant encore un peu plus la « rupture » avec le peuple de France.

C’est dire l’enjeu du prochain quinquennat.

Suite à l’annonce du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan au Front National, notre bureau politique s’est réuni en urgence samedi dernier pour prendre en compte cette nouvelle menace. En effet, ne nous y trompons pas, ce choix politique met un peu plus en péril nos fondations démocratiques. Nous condamnons avec force et indignation cette nouvelle « collaboration » autour d’un projet et de valeurs qui ne sont pas les nôtres et qui sont dangereuses pour notre pays ainsi que pour son rayonnement dans le monde. Comme nous l’avons toujours fait face au FN, nous demandons à tous nos militants, sympathisants, électeurs, électrices qui nous font confiance, de ne pas apporter leurs voix à cette candidate et à cette alliance des extrêmes.

Toutefois, là encore, le premier magistrat de France, devra avoir comme exigence de répondre aux attentes de ces millions de Français, inquiets de la montée en France d’un islamisme politique radical et son corollaire en matière de terrorisme. Il devra également combattre les atteintes portées, en particulier dans les quartiers difficiles, à la place de la femme et des homosexuels dans la société et la liste est encore longue. Comme il devra aussi, repenser harmonieusement l’organisation territoriale, qui a notre sens est une des clefs de voûte de la réussite d’un vivre ensemble dans une France apaisée et fière de la diversité de ses territoires. Mais, par dessus-tout, l’urgence prioritaire sera le rétablissement de la situation économique et budgétaire de la France.

Notre conseil politique, conscient des risques à la veille de ce second tour et fidèle au front républicain, vous fait savoir qu’il votera pour Emmanuel Macron. Mais, attention, cela n’est en aucun cas une approbation de son programme et nous serons particulièrement vigilants sur tous les sujets qui nous tiennent à cœur, dont la moralisation de la vie politique. Nous comptons sur vous pour qu’au soir du second tour, la France fasse le choix de l’ouverture et de l’espérance.

Meilleurs salutations républicaines et bon vote,

Les membres du conseil RpN