Lettre d’information d’avril 2016

L’élection présidentielle approche à grands pas… et les manœuvres pour que seuls les partis de gouvernance continuent à monopoliser la parole et le pouvoir commencent déjà. En effet, ce 5 avril 2016, une majorité de députés socialistes et LR (299 contre 142) ont voté pour un projet de loi de… »modernisation » de l’élection présidentielle (!). Le député LR de notre circonscription, Gilles Carrez, s’est abstenu avec 106 autres membres de sa formation, facilitant l’adoption de ce projet de loi. voir comment a voté votre député(e)
Présenté par le rapporteur Elisabeth Pochon (PS), ce texte va avoir pour conséquences de :
- mettre une pression supplémentaire sur les élus assez courageux pour donner un parrainage à un candidat indépendant en rendant publiques toutes les signatures des élus, alors que, jusqu’à présent, elles étaient tirées au sort.
- compliquer l’obtention des 500 signatures nécessaires pour être candidat en confiant dorénavant aux élus eux-mêmes le soin de transmettre leurs parrainages au Conseil constitutionnel quand, jusqu’à présent, ils les remettaient au candidat ou à ses représentants. Ainsi, un maire pourra promettre de donner sa signature… et ne pas le faire.
- limiter à 15 jours le temps d’égalité de parole en lieu et place de 5 semaines, en remplaçant la règle d’égalité stricte par un « principe d’équité », fondé sur « la représentativité de chaque candidat » et sa « contribution à l’animation du débat électoral » : la règle d’égalité stricte sera donc bien limitée aux deux dernières semaines avant l’élection.
Les citoyens se sont mobilisés en masse contre ce projet de loi, et, en quelques jours, une pétition a recueilli plus de 110 000 signatures ; nous avons relayé celle-ci et nous vous engageons à la signer et à la diffuser.
Signer la pétition
En effet, il faut amplifier ce mouvement de contestation et nous faire entendre des sénateurs avant l’adoption définitive de ce projet de loi : « Plus question de changer les règles à la veille des scrutins ».
Dans le même temps, le 11 avril, plusieurs mouvements politiques (Cap21, Génération citoyen, les Zèbres, la Transition, Nous citoyens,…) ont annoncé un rassemblement des forces de la société civile en vue d’organiser une primaire pour la présidentielle. C’est une bonne nouvelle : voilà de quoi oxygéner le débat démocratique. Reste aux candidats à proposer un projet national ambitieux et novateur qui s’appuie sur une vision, des valeurs et le respect des engagements pris.

Nous avons aussi écouté avec intérêt Emmanuel Macron revendiquer sa volonté de sortir des clivages partisans droite/gauche en créant le mouvement « En Marche ».
Nous nous réjouissons de voir que l’idée que nous défendons âprement à l’échelon local depuis dix ans diffuse au point d’être reprise à l’échelon national.

Cela fait maintenant 2 ans (mars 2014) que la nouvelle équipe municipale est en place et vous êtes nombreux à nous faire part de vos préoccupations face à la sur-densification de tous les quartiers de la ville. Le maire continue à « vendre » notre cité aux promoteurs pour tenter d’équilibrer le budget communal. Le conseil municipal de ce jeudi, qui se tiendra à 20h Scène Watteau, promet d’être déterminant puisque l’on y votera le budget et les taxes locales.

En revanche, il n’y a plus de suspense pour le budget 2016 du Département… dont l’exécutif va porter la part de taxe foncière de 12,62% à 13,35% et accroître l’endettement de 166,5 millions d’euros pour un budget global de 1,4 milliard.

L’analyse des finances et de la gestion du département par nos candidats aux élections départementales du Val-de-Marne en mars 2015 se vérifie bel et bien : ce premier budget augmente nos impôts et fait exploser l’endettement.

A tous les échelons territoriaux, la pensée bipartisane est asséchée. Dans un monde en pleine mutation, nous ne devons pas nous laisser asphyxier par cette atmosphère de fin de règne.
La société civile regorge de solutions politiques nouvelles… et cela commence à se savoir.
Sur notre territoire, la réunion-débat que nous avons organisée avec Daniel Wappler, Président de Villecresnes Avenir et ancien Maire, le 23 mars dernier a déjà été un succès.

Il en faudra d’autres pour desserrer l’étau des recettes politiques dispendieuses et court-termistes. Aussi nous appelons toutes les énergies citoyennes locales à nous rejoindre pour mettre en place d’autres initiatives de ce type.

Souvenez-vous, 56%* des Français espèrent un renouvellement des représentants politiques dès 2016. Jamais l’opinion publique n’a été aussi désireuse de confier son destin à des élus indépendants des partis et exclusivement soucieux de servir l’intérêt général. Il est incontestablement urgent de répondre à ses attentes légitimes.

Meilleures salutations républicaines.

Marc Arazi
Président de Réussir pour Nogent

* sondage Odoxa Le Parisien-Aujourd’hui en France janvier 2016