Lettre d’information décembre 2015

Avant toute chose, nous tenons à témoigner notre profonde compassion aux familles et proches des victimes ainsi qu’aux blessés et survivants des attentats de Paris du 13 novembre et à les assurer de notre entière solidarité. Nous condamnons de toutes nos forces ces actes terroristes barbares.Et nous pensons aussi aux victimes des récents attentats au Mali, au Liban, en Egypte, qui ont frappé des vacanciers russes, ainsi qu’en Tunisie. Nous comptons sur la justice internationale pour que les responsables de l’Etat Islamique soient jugés pour crimes contre l’humanité.

Par ailleurs, nous voulons saluer l’exécutif français, qui, alors qu’il avait tardé à le faire après les attentats de janvier, a cette fois pris la décision de s’attaquer à toutes les formes de radicalisme islamique sur notre sol. Cette action contre tous ceux qui veulent s’en prendre à notre démocratie et à nos valeurs doit être menée avec fermeté et dans la durée. Il va sans dire que nous serons particulièrement attentifs au respect des libertés publiques. Nous pensons possible la coexistence des « mesures d’exception » à l’encontre des djihadistes avec le maintien d’un niveau exigeant de démocratie pour tous nos concitoyens qui aspirent à vivre en paix et en harmonie.

Dans cette actualité éprouvante pour tous, nous restons attentifs aux discussions en cours à la COP 21, notre vigilance ne faiblit pas. Les enjeux climatiques sont aujourd’hui perceptibles par tous et nous savons que nous avons le devoir d’agir concrètement et maintenant. Mais la France qui accueille cette conférence en disant haut et fort son ambition est pourtant loin de donner le meilleur exemple par rapport à nombre de ses voisins européens. Il n’est qu’à songer à notre retard considérable en matières d’énergies renouvelables ou à l’usage du vélo en ville. Attention, ni les bonnes intentions, ni la communication ne réussiront à faire baisser le thermomètre ou faire plier les lobbies et groupe d’intérêts.

Dimanche, aura lieu le premier tour de l’élection régionale. En Ile-de-France, treize listes sollicitent nos suffrages. Vous avez d’ailleurs peut-être été surpris ces derniers jours de constater qu’il manquait cinq professions de foi dans votre boîte aux lettres, celles des cinq listes qui n’ont pas eu les moyens financiers de vous faire part de leur projet. C’est l’occasion de rappeler combien nous déplorons que les listes citoyennes n’aient pas su s’entendre pour mieux peser dans le débat. En conséquence, elles sont invisibles, après n’avoir quasiment pas pu se faire entendre.

Considérant que le vote est un engagement citoyen qui confine au devoir, nous appelons tous nos militants, sympathisants, électeurs, à aller voter au premier et au second tour, y compris pour y déposer un bulletin blanc. Comme toujours, ceux-ci sont libres de leur choix et nous ne donnons aucune consigne de vote ni pour le 1er, ni pour le 2nd tour.

 Toutefois, nous appelons encore et toujours à faire barrage aux idées et au projet présentés par les candidats du Front National.

Nous souhaitons aussi insister sur quatre éléments majeurs à prendre en compte pour se prononcer dans une élection avant tout locale.
A savoir :
-  la priorité absolue du sujet des transports franciliens et la nécessité d’agir sans attendre le démarrage du chantier du Grand Paris en donnant des moyens importants à la rénovation et l’optimisation des infrastructures existantes.
- Notre refus de la densification de l’urbanisation de la 1ère et 2nde couronnes inscrites dans le Schéma Directeur Régionale Ile-de-France (SDRIF) par la majorité socialiste sortante avec l’accord quasi unanime des formations politiques, toutes tendances confondues. Cette mégalopole n’est ni bonne pour un développement humain harmonieux, ni bonne pour notre environnement et elle crée des risques accrus en matière de sécurité…mais il apparaît que nous y allons avec un panurgisme sidérant.
- Le besoin d’une gestion responsable et transparente des deniers publics pour mettre un terme aux aspirations clientélistes de l’ensemble des forces politiques aux responsabilités.
- La nécessité d’un développement économique prenant en compte les changements fondamentaux en cours liés à l’uberisation de la société et qui rétablisse progressivement les déséquilibres entre l’est et l’ouest.

Nous vous donnons rendez-vous le mercredi 13 janvier 2016 à partir de 20h salle Dreyfus (salle Emile Zola) pour l’Assemblée Générale de l’association. Vous pouvez nous aider dans notre action politique pour une alternative citoyenne en adhérant et en participant à nos réunions.