[Communiqué] Victoire définitive dans notre action juridique pour préserver les 7 hectares d’espaces d’intérêt paysager de Nogent-sur-Marne

Ces dernières semaines, à la suite de la décision du tribunal administratif (TA) de Melun d’annuler, à notre demande, les modifications de l’article 6 du Plan local d’urbanisme (PLU) de notre ville, vous avez été nombreux à critiquer vivement la position de Jacques JP Martin, maire de Nogent-sur Marne et président de l’établissement public territorial Paris Est Marne et Bois. Vous nous avez en particulier fait part de votre incompréhension face à sa volonté et celle des élus municipaux et territoriaux de s’attaquer aux rares espaces verts protégés de notre ville.

Nous sommes heureux de vous annoncer que notre mobilisation a payée. Merci pour votre soutien !

Le maire et président du territoire a changé d’avis après ses déclarations initiales à la presse et annoncé vendredi dernier, dans un communiqué publié sur le site de la ville, qu’il ne ferait donc pas appel du jugement du 5 juillet 2019. Notre victoire juridique est donc devenue définitive et nous avons, ensemble, réussi à sauver d’une construction abusive les 7 hectares d’espaces d’intérêt paysager de Nogent-sur-Marne.

Capture plein écran 28082019 153552

Afin d’essayer de ne pas perdre la face publiquement, le maire, dans un communiqué truffé d’interprétations très personnelles et inventives de la vérité, tente de désinformer les Nogentais et les habitants du territoire de manière grossière mais tristement habituelle. Nous faisons confiance à nos concitoyens et aux media pour rétablir la vérité des faits.

Au cours de ce troisième mandat de Jacques JP Martin comme maire, c’est notre deuxième action victorieuse pour protéger notre cadre de vie et notre environnement. En effet, à la suite de la mobilisation que nous avons suscitée autour du slogan « Touche pas à mes rives », il a du se résigner en 2018 à enterrer définitivement le projet  Rêves ‘N’ Rives qui devait être réalisé sur les bords de Marne, aux abords de l’hémicycle du Port. Il aurait défiguré le paysage (37.000 mètres carrés d’emprise au sol, dont une tour « Signal » de 18 étages, étaient prévus) et aurait été implanté en zone exposée aux risques d’inondation…

« En matière de défense de l’environnement et de protection de notre cadre de vie, il y a ceux qui ne font qu’en parler, il y a ceux qui se moquent du climat et de notre planète et ceux enfin qui agissent concrètement pour les préserver. Depuis 12 ans, nous avons choisi notre camp et ce malgré toutes les attaques politiques et personnelles que nous subissons. Pour nous, pas question de rester sans rien faire face aux enjeux concernant notre avenir commun. »